Le roller au féminin

Publié le

Le roller est une des rares pratiques sportives où règne une quasi parité entre hommes et femmes. Il y aurait même plus de femmes pratiquant le roller en loisir dans le monde que d’hommes. Bien évidemment la situation est contrastée selon les disciplines…

Etat des lieux

Les femmes sont surreprésentées en patinage artistique (92%) et en roller derby (84%), deux pratiques aux antipodes ! La randonnée fait également la part belle aux dames (58%).

La course se situe au point d’équilibre avec 50% de pratiquantes, non loin du roller freestyle (44%).

Le rink et le roller hockey sont en queue de peloton avec respectivement 21% et 16% de femmes. C’est dommage quand on connaît l’excellent niveau des françaises dans ces sports : les tricolores sont vice-championnes du monde rink hockey et 5ème au mondial de roller hockey 2014.

Des actions concrètes sur le terrain

Des actions mises en œuvre par la FFRS pour valoriser et encourager les démarches en faveur de la pratique sportive des femmes. Un concours a été organisé en 2014 pour récompenser les meilleures initiatives (voir interview de la lauréate ci-dessous).

 

Rencontre avec… Précilia Verdier, 29 ans, monitrice de roller, Roll’School Montpellier (34). Extrait de l’interview réalisée en février 2015.

Bonjour Précilia, peux-tu revenir sur ce qui t’a motivé à créer des actions spécifiques pour les femmes ?

Je pratique le roller en skatepark, et dans cette spécialité, les filles se font rares ! En me déplaçant sur les compétitions, j’ai rencontré beaucoup de gens impliqués dans le monde du roller. J’ai plaisir à penser que mon parcours de pratiquante m’a ouvert des portes. Mais c’est bien dans le cadre de mes études que j’ai pu mener mon premier projet : ouvrir des catégories pour les femmes sur le Festival International des Sports Extrêmes de Montpellier (FISE). C’était en 2011…

Ensuite chaque action a découlé de la précédente et renforcé ma motivation : compétition 100% filles, démonstrations pour la journée de la femme ou encore l’organisation de « girls sessions » régulières, dans mon département (l’Hérault).

Quel a été ton projet dans le cadre du concours ?

C’est une charte à destination des organisateurs des événements roller en skatepark. Elle les engage à ouvrir des catégories filles à la fois en amateur et en pro, et à communiquer dessus. En parallèle, dès que c’est possible et dans la mesure de nos moyens, un collectif réunissant les meilleurs Françaises de la discipline va aller à la rencontre des pratiquantes locales : Bordeaux, Strasbourg, Marseille et Rennes ont déjà signés la charte à l’heure actuelle.

C’est de bon augure !