Vivez l’expérience du skatepark

Publié le

Vous trouvez la pratique en skatepark spectaculaire ? Vous êtes tentés par l’experience mais vous n’osez pas entrer dans l’arène ? Conseils pour profiter de ce terrain de jeux pour amateurs de sensations fortes…

Le bon moment

Les skateparks sont généralement en libre accès et chacun y a sa place. Mais pour vos armes, choisissez les créneaux horaires les plus délaissés par les experts. Optez plutôt pour les matinées (avant 11h00) ou les débuts de soirées (après 19h00).

Les bons réflexes

Avant d’oser engager suffisamment vers l’avant, la peur de la chute nous pousse à placer les mains et les épaules vers l’arrière. C’est paradoxalement ce réflexe de protection qui occasionne les premières chutes !

  • Le temps de trouver vos repères, équipez-vous de la panoplie complète (casque, protège poignets, genouillères et coudières).
  • Signalez-vous ! Le principal risque n’est pas la chute, c’est la collision ! Levez la main pour prévenir que vous vous élancez et indiquez votre trajectoire aux autres du regard.
  • Ne stationnez pas entre les obstacles.
  • Regardez autour de vous avant de vous engager. Celui qui est en mouvement est toujours prioritaire sur celui qui veut s’élancer et il peut venir de derrière !

Par quoi commencer ?

L’idéal est donc de débuter sur un plan incliné large et doux en réalisant de grands virages sur toute la largeur de la pente, à quelques centimètres du bord seulement. Puis réalisez progressivement des virages plus serrés, pour terminer par des demi-tours en abordant l’obstacle de face. Augmentez ensuite la vitesse pour aller de plus en plus haut, jusqu’à atteindre le sommet.

Premières descentes

Avant de descendre un obstacle, il faut être capable de le monter sur les roulettes… pas à la force des bras ni à 4 pattes ! Gardez en mémoire que plus la forme est haute, plus vous aurez de vitesse à gérer. Plus elle est raide, plus il faudra vous engager. Sur le même principe que pour les montées, vous pouvez descendre les pentes de biais pour en adoucir l’angle, avant de vous lancer de face. Dans tous les cas, décalez vos pieds pour augmenter la surface d’appui au sol. Placez la pointe d’un pied au niveau du talon de l’autre, avec une trentaine de centimètres entre les deux patins. Orientez les épaules et les bras vers l’avant comme pour pousser quelque chose et recherchez la sensation d’enfoncer vos doigts de pieds dans le sol, tout au long de la descente.

ZIIIIIIP !

Dernier conseil : ne refusez pas la chute, provoquez là ! La seule limite à l’engagement nécessaire votre appréhension à tomber. Exercez-vous donc pour construire les repères qui vous permettront de gérer ce moment en toutes circonstances. A l’instar des enfants sur les toboggans, cherchez à glisser dans toutes les postures sur les différentes pentes du skatepark, en tentant de vous remettre au plus vite sur les protections, puis sur les patins. Bonne session !