Plongez dans la culture Roller Derby !

Publié le

Alliant contact et tactique, le Roller Derby se conjugue majoritairement au féminin. Il se pratique en équipe et en quad sur une piste plate ovale…

Populaire au milieu du XXème siècle, le Derby a progressivement disparu avant d’être remis au goût du jour aux Etats-Unis au début des années 2000. Issu du mouvement féministe et de la culture punk rock, le Derby contemporain se développe désormais sous l’impulsion de la WFTDA.

La pratique a connu une croissance fulgurante en France depuis 5 ans. L’engouement pour le film Bliss (Whip it !) a suscité de nombreuses vocations. La presse nationale s’est emparée du phénomène et l’a propulsé sur le devant de la scène.

Déroulement du jeu

Une rencontre oppose 2 équipe de 14 joueurs maximum durant 2 fois 30 minutes. Chaque mi-temps est divisée en « Jams » (séquences) successives de 2 minutes maximum.

Entre les jams, 5 joueuses de chaque équipe disposent de 30 secondes pour s’aligner sur la piste. L’attaquante de l’équipe, la « jammeuse », est identifiée par une étoile sur son casque. A partir du second passage dans le pack de joueuses, elle marque autant de points qu’elle dépasse d’adversaires. Les bloqueuses vont tenter d’entraver sa progression, de la projeter au sol ou hors de la piste.

Tous les coups ne sont pas permis !

Les joueuses peuvent utiliser toutes les parties du corps au-dessus de la mi-cuisse, à l’exclusion des avant-bras, des mains et de la tête pour entrer en contact avec leurs adversaires. Sont principalement interdits : les coups de coude, les coups dans le dos, les coups à/et avec la tête, les croche-pieds…

Les positions de hors-jeu, les actions initiées alors que la patineuse se trouve en dehors des limites de la piste, ou les déplacement à contre-sens sont également pénalisables. Les fautes signalées par les arbitres entraînent une pénalité de 30 secondes que la joueuse effectue en prison.

Avez-vous votre Derbyname ?

Toute joueuse se doit de choisir un « Derby Name » ! Ce nom de guerre repose souvent sur un jeu de mot. Il définit la joueuse, c’est un peu son double maléfique. Quelques exemples : Dita Von Dark, Cash Pistache, Gara La Garce, Kozmic Bruise, Sally Broyeur…

 

Parlez Derby !

  • Fresh meat : nouvelle recrue
  • NSO : « Non Skating Official », arbitre sans patins
  • DIY : « Do It Yourself », faire par soi-même un des piliers de la culture derby !
  • WFTDA : Women Flat Track Derby Association, l’association américaine qui régule le derby sur piste plate.
  • Power Jam : lorsqu’une jammeuse est envoyée en prison, l’équipe adverse profite de cet avantage pour marquer un maximum de points
  • Track : la piste
  • Bootcamp : un stage d’entraînement et de formation
  • Scrimmage : un entraînement en condition de match

ffroller.fr/trouver-un-club-pres-de-chez-moi